Membres des corps législatifs et cadres supérieurs/cadres supérieures

 Membres des corps législatifs et cadres supérieurs/cadres supérieures

Cadres supérieurs/cadres supérieures - administration publique

CNP 00011

Description générale

Les cadres supérieurs de l’administration publique planifient, organisent, dirigent, contrôlent et évaluent, par l’entremise de cadres intermédiaires, les activités des administrations régionales ou municipales ainsi que les activités des ministères, des conseils, des agences ou des commissions des administrations fédérales, provinciales et territoriales. Ils établissent la direction à suivre selon les législations et les politiques formulées par les représentants élus ou les membres des corps législatifs.

Autres appellations d'emplois

  • administrateur municipal/administratrice municipale
  • ambassadeur/ambassadrice
  • statisticien adjoint en chef/statisticienne adjointe en chef – services gouvernementaux
  • sous-ministre adjoint/sous-ministre adjointe
  • sous-ministre adjoint/sous-ministre adjointe – services gouvernementaux
  • inspecteur général/inspectrice générale des institutions financières
  • président/présidente – services gouvernementaux
  • président/présidente de commission des droits de la personne
  • directeur général/directrice générale – municipalité régionale
  • directeur général/directrice générale des élections
  • statisticien en chef/statisticienne en chef – services gouvernementaux
  • secrétaire de mairie
  • directeur municipal/directrice municipale
  • responsable municipal/responsable municipale
  • greffier/greffière de la Chambre des communes
  • greffier/greffière du Conseil privé
  • secrétaire de comté
  • greffier municipal/greffière municipale
  • secrétaire de canton
  • commissaire – services gouvernementaux
  • commissaire aux enquêtes
  • commissaire aux enquêtes – services gouvernementaux
  • sous-commissaire – services gouvernementaux
  • contrôleur général/contrôleuse générale du Canada
  • consul/consule
  • secrétaire de conseil – services gouvernementaux
  • sous-ministre
  • sous-ministre – services gouvernementaux
  • secrétaire municipal adjoint/secrétaire municipale adjointe
  • secrétaire provincial adjoint/secrétaire provinciale adjointe – services gouvernementaux
  • sous-secrétaire provincial/sous-secrétaire provinciale – services gouvernementaux
  • directeur général/directrice générale – services gouvernementaux
  • directeur administratif/directrice administrative – services gouvernementaux
  • commissaire aux incendies
  • secrétaire général/secrétaire générale – services gouvernementaux
  • administrateur principal/administratrice principale d’organisme gouvernemental
  • commissaire aux grains
  • commissaire à la santé
  • haut-commissaire/haute-commissaire
  • commissaire aux autoroutes
  • surintendant/surintendante des institutions financières
  • commissaire à la régie des alcools
  • commissaire à la société des alcools
  • directeur administratif adjoint/directrice administrative adjointe – services gouvernementaux
  • ombudsman – services gouvernementaux
  • protecteur/protectrice du citoyen – services gouvernementaux
  • président/présidente de commission des libérations conditionnelles
  • commissaire au transport ferroviaire
  • sergent/sergente d’armes de la Chambre des communes
  • délégué commercial/déléguée commerciale
  • sous-secrétaire d’État
  • président/présidente de comité d’appel de l’assurance-emploi
  • commissaire à l’assurance-emploi
  • vice-consul/vice-consule
  • vice-président/vice-présidente – services gouvernementaux
  • directeur général adjoint/directrice générale adjointe – services gouvernementaux
  • directeur général/directrice générale de municipalité régionale
  • président/présidente d’organisme gouvernemental
  • receveur général/receveuse générale du Canada
  • sous-secrétaire d’État adjoint/sous-secrétaire d’État adjointe
  • commissionnaire d’organisme gouvernemental
  • administrateur/administratrice de bande – Premières nations
  • directeur général/directrice générale – gestion en cas de catastrophes
  • directeur administratif/directrice administratrice – préparatifs d’urgence
  • gestionnaire d’administration locale
  • administrateur/administratrice de haute direction – fonction publique
  • administrateur/administratrice de haute direction – agence gouvernementale
  • commissaire territorial/commissaire territoriale
  • contrôleur général/contrôleuse générale – services gouvernementaux
  • contrôleur général adjoint/contrôleuse générale adjointe – services gouvernementaux
  • chef de la protection des renseignements personnels – services gouvernementaux
  • médecin légiste en chef
  • coroner en chef

Perspectives d'emploi

Lanaudière Mauricie Capitale-Nationale Saguenay - Lac St-Jean Centre du Québec Abitibi-Témiscamingue Bas-St-Laurent Chaudière-Appalaches Laurentides Estrie Outaouais Montérégie Gaspesie - Îles-de-la-Madeleine Montréal Laval Nord du Québec Côte-Nord
  • Excellentes
  • Bonnes
  • Limitées
  • Non-publié

Particularités

Pour travailler comme « cadre supérieur/cadre supérieure – administration publique » :

  • Un diplôme d’études universitaires est exigé.
  • Un diplôme d’études supérieures dans un domaine connexe peut être exigé.
  • Plusieurs années d’expérience en gestion dans le secteur public ou privé sont exigées.

Reconnaissance des compétences

Diverses combinaisons de formation et d’expérience peuvent être envisagées pour exercer cette profession et plusieurs options de reconnaissance pourraient être appropriées.


Pour les personnes ayant de l'expérience en gestion et qui souhaiteraient la faire reconnaître auprès d'un ordre professionnel, consulter le lien ci-dessous concernant l'Ordre des administrateurs agréés du Québec.

  • L’Ordre des administrateurs agréés du Québec est un ordre professionnel voué à la gestion et à la gouvernance. Les membres de l’Ordre portent le titre d’« administrateur agréé (Adm.A.) ».
  • Il n’est pas obligatoire de faire partie de l’Ordre des administrateurs agréés du Québec, mais l’adhésion à l’ordre professionnel pourrait constituer un atout sur le marché du travail.

Une autre avenue pourrait consister à faire une demande de reconnaissance des acquis dans l’un des programmes universitaires de premier ou de deuxième cycle menant à un diplôme en administration des affaires, en administration publique ou en gestion.

N. B. : Pour faire une demande de reconnaissance des acquis au niveau universitaire, il faut déjà être admis dans un programme. Le nombre de crédits pouvant être obtenu en reconnaissance est soumis à un maximum autorisé par les universités et peut varier d'une institution à l’autre.

Pour consulter l'offre de reconnaissance de compétences, consultez les fiches-professions liées aux programmes envisagés. Par exemple: directeur, comptable, ingénieur, etc.

Ententes de reconnaissance

Entente entre le Québec et la France en matière de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles

Grâce à l’Arrangement de reconnaissance mutuelle de qualifications professionnelles France-Québec (ARM), les titulaires des diplômes français suivants sont automatiquement admissibles au permis d’Adm.A. délivré par l’Ordre des administrateurs agréés du Québec : 

a) Une licence en économie et en gestion délivrée par le ministre chargé de l’Enseignement supérieur et portant l’une des mentions suivantes : « Économie-Gestion », « Économie-Management », « Sciences de Gestion », « Gestion », « Management », « Administration Économique et Sociale » ;
b) un Master délivré par le ministre chargé de l’Enseignement supérieur et portant l’une des mentions désignées ;
c) un Master délivré par les écoles de commerce visées par le règlement pris en application de l’ARM.

Voir le cadre de l’entente concernant l’Ordre des administrateurs agréés du Québec (OAAQ) :  ARM entre l’OAAQ et le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de la France

Pour en savoir plus 

Entente Québec-France

Maîtrise du français

« Au Québec, le français est la langue officielle : celle de l’enseignement, du travail, des affaires, du commerce et de la culture. En vivant au Québec, vous utiliserez le français tous les jours. Parler le français facilitera votre intégration et votre participation à la société québécoise. »

Source : Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration

Apprentissage du français

Peut-être avez-vous besoin d’améliorer votre connaissance du français
pour faciliter votre intégration au Québec ? Voici les services qui
vous sont offerts :

  • Services de francisation du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration

Cours de français gratuits

Banque d’exercices de français en ligne

  • Services de francisation des centres de services scolaires

Consultez l’un des centres de services scolaires de votre région

  • Services de francisation répertoriés par l’Office québécois de la langue française

Liste d’établissements offrant des cours de français, langue seconde

Liste des établissements d’enseignement avec lesquels l’Office a développé des ententes de collaboration

Ressources intéressantes pour améliorer ses compétences en français oral et écrit


Ordres professionnels

  • Les membres des ordres professionnels doivent avoir une connaissance du français appropriée à l’exercice de leur profession. L’article 35 de la Charte de la langue française indique comment faire la preuve de cette connaissance. Dans certains cas, les ordres professionnels dirigent leurs candidats vers le Service de l’évaluation du français des ordres professionnels de l’Office québécois de la langue française (OQLF) pour qu’ils se présentent à un examen de français.
  • Un candidat qui ne satisfait pas aux exigences de la Charte de la langue française, mais qui, par ailleurs, satisfait aux conditions d’exercice d’une profession régie par un ordre professionnel, peut obtenir un permis temporaire d’une durée maximale d’une année. Ce permis temporaire sera remis par l’Ordre concerné, accompagné d’un formulaire d’inscription à l’examen de français de l’Office québécois de la langue française.
  • Un renouvellement du permis peut être envisagé, et ce, au plus trois fois. Tout renouvellement est conditionnel au respect de certains critères, dont l’intérêt public. La demande de renouvellement peut donc être refusée.
  • Le permis temporaire est uniquement accordé au candidat diplômé à l’extérieur du Québec. 

Office québécois de la langue française : examen de français

Programmes d'accompagnement

Ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI)


Conseils en emploi
  • PROFIL – Clinique juridique – Université de Montréal :  La clinique offre un service d’information juridique personnalisé avant, durant et après le processus d’intégration pour exercer une profession ou un métier réglementé au Québec. Le service est offert gratuitement et sur rendez-vous seulement.


Prêts pour professionnels immigrants

La mesure Prêts pour la reconnaissance des titres de compétences étrangers (PRTCE) vise à aider des personnes formées ou diplômées à l’étranger qui éprouvent des difficultés financières lors du processus de reconnaissance de leur diplôme et de leurs qualifications professionnelles au Québec. Cette mesure d’aide financière est administrée par des organismes mandatés qui verront à ce que des établissements financiers attribuent des prêts à de faibles taux d’intérêt aux personnes admissibles.

Source: Gouvernement du Québec


Où faire une demande de prêt ?

Ces organismes sont mandatés par le gouvernement.

Liens utiles

Professions reliées

Laisser un commentaire au sujet de cette profession

Les champs suivis d'un asterisque sont obligatoires.

« * » indique les champs nécessaires